Articles

Affichage des articles du décembre 15, 2013

Think outside the box

Perché au sommet du plus haut gratte-ciel de verre À la recherche d'un horizon sans nuage Un cygne noir vagabonde et perd son plumage Au travers de cette pollution planétaire
Une brèche s'ouvre dans cet atmosphère Ahuris par cette vision de changement Abrutis par l'élocution de notre présent Nous sommes prisonniers de cet ère
Pendant ce temps, l'État dégénère et génère Angoisses, passions et situations précaires Poussés par nos pairs vers les confins de notre humanité C'est l'air hébété qu'on se butte aux pourtours encerclant la cité
Prison à ciel ouvert, permettant de cumuler Les richesses protégées et garanties par des lois Qualifiées de génie du genre humain et de déni Du monde extérieur à cette boîte de Pandore
Comment respirer sans suffoquer À l'intérieur de ce capitalisme respiratoire « Think outside the box» is what they say
Notre défi à tous avant d'expirer Avant notre dernier souffle de courage Avant notre excommunication
Nous vivons dans une société camou…

Souvenirs d'enfance: 8 ans

J'ai huit ans, je découvre une passion pour le ballon chasseur. Je suis en troisième année et les grands de cinquième et sixième acceptent de jouer avec moi parce que j'attrape tout ce qu'ils me lancent. Oeil pour œil, dent pour dent. Pour être respecter en tant qu'homme, il faut se montrer à la hauteur physiquement. Je gagne aussi mes premiers tournois d'échecs mais étant donné que je suis fils de mère célibataire il m'est impossible de développer ce genre de talent extra-scolaire.
Mais parlant «d'être à la hauteur physiquement» c'est à cette époque là que ma mère se trouve un nouveau conjoint. Un vrai macho. Un manuel sans diplôme mais beaucoup de vécu. Un travaillant et un vrai homme est-ce que je l'avais déjà dit?
J'en ai bavé avec lui. «Encore dans les jupes de sa mère» que disait sa parenté quand je ne voulais pas me chamaillé avec les «cousins». J'ai toujours eu plus de plaisir avec les adultes lors des party de noël et c'est exact…

Souvenirs d'enfance: 7 ans

J'ai sept ans, je suis petit comme un pois chiche mais allumé et taquin comme peu de jeunes le sont. Avant de commencer la maternelle, ma sœur m'avait enseigné à lire, écrire et compter. Je pouvais donc lire le journal La Presse avec ma mère. Elle lisait l'actualité et moi les sports bien entendu. À six ans j'ai fait des tests pour avoir une bourse d'étude pour l'école de surdoués de Félix Leclerc mais étant donné que j'ai découvert mon oreille musical à l'âge adulte et que ma mère ne pouvait pas me payer des cours de piano pour le «fun» vous pouvez être certains que j'ai été refusé à cause de la partie musicale de l'entrevu.
C'est aussi à sept ans que j'ai subi la première fois de l'intimidation.
«Donnes-moi ton ballon.» «Non, c'est moi qui joue avec mais on peut jouer ensemble.»
J'ai toujours été fan des compromis mais c'est à ce moment que j'ai découvert que recevoir un coup de point dans la face ça peut faire per…

Souvenirs d'enfance: Un père c'est quoi?

Un père, c'est quoi au juste?
Il y a le côté biologique bien entendu. Vous le savez, ça a rapport avec la pénétration, des «spermato» pis l'ADN et je ne veux surtout pas vous saouler avec les problèmes techniques. Pourtant, c'est à la portée de tous les caves d'éjaculer dans un vagin. C'est ce qui vient après que la graine soit plantée qui est plus compliqué à suivre.
Les enfants passent presque tous par les mêmes stades de l'enfance à des moments presque identiques. Il y en a qui sont terre-à-terre et d'autres, comme moi, plus pressés et curieux à apprendre et à se développer.
À quatre ans je voulais un nintendo. Mon père me l'avait promis mais c'était un esti de gratteux. Ce l'est toujours d'ailleurs. C'est ma mère pourtant qui, connaissant mon père, l'a acheté le criss de nintendo. Pour noël en plus. À cet âge là et à cette époque là des années 90, vous ne pouvez pas vous imaginez la joie d'un jeune de quatre ans qui joue à M…

Souvenirs d'enfance: 9 ans

J'ai neuf ans, ma mère et moi pensons que j'aime bien son conjoint et ils décident donc de déménager dans le fin fond du trou du cul du monde dans un petit village empli de péquenauds. C'est certains que je ne pouvais pas détester le dude en question après qu'il m'aie acheter un chandail de Patrick Roy et son fameux clin d'oeil à Wayne Gretzky l'année d'avant... Les enfants sont si facilement achetable.
J'arrive à Saint-Marcel-de-Richelieu avec mon sourire, mon talents au ballon chasseur et ma super curiosité pour y découvrir les vertus de la solitude. Parce que les jeunes eux découvrent avec moi les joies du bullying. C'est seulement grâce au ballon chasseur que je pus me tailler une dose de respect. Une petite. Déjà à cet âge j'apprenais de mes erreurs.
Rendu au secondaire, je frappe le fond du baril. Mon beau-père me hait parce que je refuse littéralement de travaillé physiquement, d'être manuel, d'aimer les chars pis la bière pi…