Articles

Affichage des articles du 2014

La science d'être parent, la procréation assistée et la bioéthique

La science d'être parent, la procréation assistée et la bioéthique
Depuis la sortie médiatique de Joël Legendre au sujet des mères-porteuses, nous avons droit à un règlement de compte en règle entre individus jouissant d'un «privilège d'hétérosexuels fertiles» et une minorité demandant une équité en matière de «droit à la filiation génétique». De tout bord tout côté fusent jugements de valeurs, sophismes et argumentaires émotifs sans pour autant que les acteurs sur la place publique soient à même d'effleurer les concepts scientifiques et bioéthiques qui sont invariablement mêlés au débat. Afin de réorienter ce débat vers un terrain objectif, il est de notre devoir de prendre une seconde de recul afin de se poser des questions sur l'approche encourue ainsi que les corollaires d'une prise de position sur l'enjeu technologique qu'est la procréation assistée.
La légitimité de la science et de la bioéthique au sujet de la procréation assistée
Tout d'abord, …

Think outside the box version 2.0

«Think outside the box»
Six heures est sur le point de sonner au matin de cette rumeur d'hiver
Une couverture d'ivoire sied aux pieds de cette saison
Libérant de tout soupçon, les ruelles à l'abri des sons
Des pas de l'homme, ce souverain si fier

Un chien promène son maître et lui dit:
«Tiens, penche-toi et ramasse ma merde»
En lorgnant un pur spécimen d'hormones immaculées

Étrange, que pour certains, la vie soit une série de plaisirs malsains
Mais, que pour d'autres, il s'agisse d'une suite de corvées sans fin
Dérivées du cul de votre majesté et payé des poches de la société
Perché au sommet du plus haut gratte-ciel de verre À la recherche d'un horizon sans nuage Un cygne noir vagabonde et perd son plumage Au travers de cette pollution planétaire
Une brèche s'ouvre dans cet atmosphère Ahuris par cette vision de changement Abrutis par l'élocution de notre présent Nous sommes prisonniers de cet ère
Pendant ce temps, l'État dégénère et génère Angoisses, passi…

La perversion de la société des loisirs

À travers nos interactions sociales et les politiques économiques imposées, l'espace publique s'est peu à peu métamorphosée en un spectacle abrutissant. Nous sommes les acteurs d'une société des loisirs où certains ont toutes les cartes et la majorité silencieuse reste assise, un verre de bière à la main, obnubilée par ces images fantasques de la réussite sociale.
Les élections seraient le moment opportun afin de discuter, en profondeur, des enjeux de notre société. C'est un exercice qui convierait toutes les strates de notre communauté à choisir les acteurs de cette comédie burlesque qui nous susurreront les paroles creuses qui seront à même de nous émouvoir intellectuellement.
Bien sûr, le cynisme ambiant n'est qu'une question de point de vue, car il est bien connu, qu'armé de notre volonté et qu'importe de quel milieu nous venons, il est possible de s'extirper de notre réalité morose. Malgré tout, les générations se suivent et les dialogues de…

L'explosion

La roue des émotions tourne Et hurle, s'arrachant de ses appuis Me propulsant d'un état vers L'agonie brûlante d'une vision Aléatoire, au creux d'une vague Sublimant mes souvenirs, carburant Du moteur de l'anxiété mordante
L'expansion fébrile du moment Réalité projetée sans contrôle L'instant d'un battement interminable De l'aile souverain, planant Au coeur d'un festin inimaginable Des rêves, morts et ancrés Sur mes épaules de géant
Fardeau fumant ce monticule Parsemé d'idéaux valeureux Cadre fixe de mon univers restreint Incapable de soutenir par la force L'énergie de cette explosion Se répétant à chaque battement Néfaste, de la colère m'habitant

Parlons santé mentale pour quelques minutes

Saviez-vous que «selon des calculs récents, qui tiennent compte des coûts indirects liés aux problèmes de santé mentales, l’économie canadienne perdrait jusqu’à 30 milliards de dollars par année à cause de problèmes de santé mentale et de toxicomanie.»1? Cela ne date pas d'hier, nous commençons à peine à percer les tabous des problèmes de santé mentale et pourtant un Québécois sur cinq sera touché par celles-ci de près ou de loin au cours de sa vie2. Ce fléau silencieux est oublié par le gouvernement et les personnes affectées sont laissées à elles-mêmes tant qu'«ils ne sont pas un danger pour elles-mêmes ou pour autrui». Les besoins sont criants mais nos gouvernements font la sourde-oreille. Je voudrais vous volez quelques minutes pour vous sensibilisez à la réalité terrain de ce problème alarmant.
-
J'ai toujours été un solitaire. Vous savez, le petit je-sais-tout de la classe qui répond à toutes les questions du professeur? Eh bien c'était moi. Je n'étais pas part…