Articles

Affichage des articles du 2015

Ma liste de Noël 2015

Les films et les télé-séries qui pourront remplir le vide du temps des fêtes

Avec les politiques d'austérité, les questions identitaires, la montée du crétinisme religieux ou politique, les inégalités sociales qui nous subjuguent et la carte de crédit remplie à pleine capacité, il est tout à fait normal de prendre le peu de temps libre que nous avons afin de le perdre sur des bonnes téléséries sur netflix plutôt que de dépenser quinze piastres pour un remake ou une suite au cinéma. Ainsi, c'est avec toute ma sympathie que je fais un rapide récapitulatif de 2015 en matière télévisuelle.

Quelques films qui valent la peine d'être vu

Antman: le meilleur film de super-héros de l'année ne fût pas Agengers - Age of Ultron mais l'homme fourmis. Avec son humour, une distribution solide, d'excellents effets spéciaux et une trame classique, Antman a fait une entrée remarquée dans l'univers de Marvel.

Madmax: un remake/suite qui mérite le détour. Des effets spéciaux h…

Le somptueux banquet des festins tragiques

Le somptueux banquet des festins tragiques
En cette magnifique saison de Noël et afin de nous libérer des horreurs terroristes, l'Occident continue sa fuite existentielle vers le vide extrême de ses idéaux humanistes. Le temps médiatique ne durant que l'espace entre deux pauses publicitaires charnelles, il est important d'oublier les menaces à notre démocratie en promouvant non pas la croissance des individus mais plutôt l'idéal de l'homme faisant des achats à rabais métaphysiques.
Le saint-libéral ou serait-ce le sein consumériste?
Le nihilisme de l'après-guerre et l'échec retentissant du marxisme autoritaire aura promu la corruption libéraliste au rang de divinité d'un horizon indépassable. Assumant la transition, la Médiocratie transcende notre esprit avec sa gouvernance et sa boulimie du culte de la croissance économique, le tout en vomissant de la précarité, des inégalités et de la répression pour tous. La gouvernance est un épisode psychotique de…

La méthode de l'absurde comme éthique

La méthode de l'absurde comme éthique
Dans l'essai "le mythe de Sisyphe", Albert Camus traite de la problématique des suicides: suicide biologique, suicide philosophique, suicide contemplatif, suicide révolté, suicide de ressentiment, etc Il souhaite juger du fait que la vie mérite, ou pas, d'être vécue. Pour se faire, il utilise la méthode de l'absurde, alliant l'évidence et le lyrisme afin de complexifier la question et nous pousser à y répondre par nous même.
Au même titre qu'une œuvre, le suicide se prépare et se termine. Il est intimement lié à l'absurde puisque le créateur du suicide doit vivre l'absurdité avant de se jeter dans le vide du néant. Dès lors, face à l'absurdité subsiste deux réponses à l'idée du suicide: oui ou non. Dans les deux cas, l'absurdité persiste et signe notre existence du haut de son absurdité indélébile.
Comme Camus l'a dit: "Nous prenons l'habitude de vivre avant d'acquérir celle d…

Les larmes d'un réactionnaire incompris

Les larmes d'un réactionnaire incompris
Les médias nous ont parlé en long et en large de tous ces réactionnaires. Les biens-pensants, les élitistes, les politiques, les bobos et les militants progressistes en font un portrait sombre. Le but est simple, affubler les intellectuels anti-libéraux d'une étiquette "joue le jeu de l'extrême droite" afin d'éviter d'être confronté à un débat d'idées. Éric Zemmour et "Le suicide français", malgré ses délires freudiens, nous donne une lecture de 40 ans du libéralisme qui cache quelques critiques tout à fait recevables si nous avons l'intégrité intellectuelle et si nous nous donnons la peine de faire la recherche. 
Sur la forme, le livre est un journal de bord suivant les événements de mai 68, la chute politique du gaulisme et du colbertisme, l'influence de l'ère Reagan-Thatcher, l'avancée inviolable du libéralisme, la création de la banque centrale européenne, le traité de Maastricht e…

L’éloge de la paresse

L’éloge de la paresse: une leçon de Nietzsche et Thoreau afin de vivre sa vie philosophique et trouver le bonheur dans cette société brisée
Qu’on le veuille ou non, notre culture occidentale est très marquée par des siècles sous l’égide du christianisme. Encore aujourd’hui, ce régime de valeurs et de foi nous a transmis un idéalisme ascétique que nous tentons d’atteindre dans nos vies. Depuis notre jeunesse, on nous sermonne afin de nous faire comprendre qu’en travaillant fort et en aidant notre prochain nous aurons accès à une vie idéale remplie d’arcs-en-ciel avec une maison parfaite, des enfants parfaits, un époux ou une épouse parfait, des enfants parfaits et un chien qui s’appelle Spot. Le rêve américain. Cet idéal de vie, que les chrétiens voyaient comme récompense après la mort, le libéralisme et la sociale-démocratie nous l’a vendu dans la vie réelle.
Et ça nous rend malade.
Il faut “jouer le jeu” afin de “gagner” cet idéal; il faut gagner à la loterie de la médiocrité, être bien…

Le manifeste des chemises déchirées

Le manifeste des chemises déchirées

Les épisodes successifs de la mondialisation et de la récente crise économique de 2008-2009 ont ébranlé notre société. Le cynisme et le désintérêt témoignés par beaucoup de Québécoises et de Québécois rendent compte d'un fractionnement des classes sociales, d'une faillite de la sociale-démocratie, d'une faillite de l'État-providence québécois, d'une insécurité économique omniprésente dans toutes nos familles, d'une montée de l'extrémisme politique, de la perte des répères et des symboles nous unissant dans la société civile, ainsi que d'un émoussement de la qualité des services et des institutions publiques comme les systèmes de santé et d'éducation.

C'est la fin du modèle de société où le Québécois moyen trouvait un bon emploi avec un horaire fixe, des bonnes conditions de travail, un syndicat pour le défendre, des avantages sociaux lui permettant de mettre de l'argent de côté et une bonne pension pour se…

L'ordre libertaire

L'ordre libertaire
J'écris depuis l'été de mes vingt ans. Mes premiers textes ont été des lettres que je n'ai jamais envoyées et des poèmes que je n'ai jamais récitées à des femmes qui ont traversé ma vie en coup de vent. Venant d'un milieu pauvre et ayant grandi dans un foyer qui réprimait l'éducation des livres, j'ai vieilli avec un manque de culture ainsi qu'un manque de confiance en moi. C'est pourquoi j'ai toujours apprécié, malgré les tourments de l'intimidation, mes journées à l'école.
J'ai commencé ma vie d'adulte en me tournant vers la science comme une porte de sortie. Comme si la technique et les formules mathématiques avaient pu m'émanciper des brumes de l'alcool de mon beau-père colérique. J'ai vite compris le poids de ce genre de chemin et c'est en vivant l'amour pour la première fois que j'ai découvert une partie de moi. Une partie de moi qui demandait plus que ces théorèmes et ces méthode…

La raison se meurt

La raison se meurt

Dieu est mort le jour où l'homme mît fin à la prétention du droit divin
De sa carcasse s'est extirpée la raison et de sa foi est née la culture
Leur enfant, la prétention, grandie, au sein de ce couple, jusqu'au jour
Où l'individualisme fou l'envahit et le fît détruire un à un, ses parents

Le consumérisme expiatoire remplaça le vide de nos valeurs
La théorie du genre combla un vide de structure et de nos modèles
La laïcité fût travestie pour pourvoir à un vide de notre spiritualité
La science fût dénaturée par notre refus de connaître notre histoire
Le néolibéralisme nous submergea par l'absence de notre morale

Et le Débat marche ainsi fièrement vers le gouffre de la pensée rationnelle

Ce glissement se répercute dans toutes les sphères de la société
Du sommet de l'atmosphère jusque dans les profondeurs de la terre
De notre égoïsme hédoniste jusqu'à ce nihilisme pessimiste
De la médication de notre cerveau jusqu'à la géoingénierie…

Qui est le Peuple?

Qui est le Peuple?

Au-delà des réflexions politiques, des discours sociologiques, des analyses philosophiques et des amalgames populistes, s'il y a un référent auquel les tribuns tentent tous, un jour ou l'autre de se rallier, par l'exemple, la promesse de l'utopie ou les louanges de leur souffle intemporel, c'est celui du Peuple. LE Peuple. Mais de quel peuple parlent-ils, aujourd'hui, en 2015? Qui est cette "majorité silencieuse", malléable dans l'espace et le temps, toujours présentent dans l'esprit et le coeur des gens? En tant qu'homme issu de ce peuple, je tenterai de vous en faire le portrait; car, aussi imparfait soit-il, le Peuple reste, et restera, le point d'ancrage des démocraties du monde contemporain.

"Je ne suis ni un savant, ni un philosophe, ni même un écrivain de métier. [...] Qui suis-je donc, et qu'est-ce qui me pousse maintenant à publier ce travail? Je suis un chercheur passionné de la vérité et un ennem…

L'ascension de Trump

L'ascension de #Trump

Les intellectuels ne comprennent pas pourquoi
Les foules l'acclament comme s'il était leur roi
Les médias comparent sa popularité à un exploit
Et l'establishment en a peur, maintenant qu'il voit
Qu'il est devenu la proie de cette nouvelle voix

Il est indépendant de fortune et n'a peur de personne. Excepté des Mexicains, des femmes menstruées et des terroristes qui viennent voler nos bébés. Les gens éduqués ne comprennent pas comment nous pouvons en arriver à un rejet aussi massif du contenu en faveur de ce parvenu. Tout l'été on nous aura dit: «ce n'est qu'une mode, le peuple ne peut pas voter pour ce glandu fourbu!» Donald Trump représente ainsi l'individu type auquel Douglas Adams, dans son œuvre du guide galactique fait référence en disant que: «Quiconque est capable de parvenir à se faire élire président ne devrait à aucun prix être laissé libre d'exercer cette fonction».

Car oui, malheureusement, il sera bel e…